Une poésie au hasard des mots.
La musique
La musique souvent me prend comme une mer
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions
Sur l'immense gouffre

Me bercent.
D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon desespoir !

La lettre à Wagner du 17 février 1860, qui parle " d'une volupté vraiment sensuelle, et qui ressemble à celle de monter dans l'air ou de rouler sur la mer "
Charles BAUDELAIRE



Si vous voulez, vous pouvez proposer un texte ou une poésie:

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
Code dans l'image:
Titre:
Votre nom(*):
Courriel:
Notifiez-moi pour toute modification dans ce fil:
Site web:
Commentaire(*):
 
Recherche de poésie