Une poésie au hasard des mots.
Maman
Maman je ne chanterai pas mon enfance difficile
Car tu m'as toujours appris qu'il y avais bien plus faible, plus malheureux que
soi
Cette vérité dans le timbre de ta voix a fait qu'aujourd'hui encore je n'ai
rien oublié
Car depis tout petit tu n'as cessé de m'aimer
Cette chanson est pour toi qui s'est sacrifiée pour moi

J'ai la chair de poule quand j'entends parler de Paul Cézanne
J'ai l'odeur de la fumée et la chaleur des flammes qui me remplit la tête
Purification ou tempête
Maman je ne me plains pas, tu sais que ça m'fait sourire
Les rivières et la G.C. trop de bons souvenirs
Les kilomètres à pieds, ça en use des paires de souliers

Maman, maman
Ma reine et mon roi à la fois
Maman, maman, personne d'autre que toi
Tu sais que je n'ai jamais vraiment digéré la vie scolaire
Mêm s'ils nous disaient que les lentilles nous donnaient du fer
Je sais pas pourquoi plus tard, j'ai détesté les épinards
Maman tu m'as appris à aimer la nature
Tu nous as toujours emmenés mais on n'avait pas de voiture
Tu connais les oiseaux, tu pêche à la main dans les ruisseaux

Tu m'as dit que le monde comptait des gens différents
Mais qu'ils avaient le même coeur, qu'ils avaient le même sang
Le même sang que nous
Maman, merci pour tout
Merci de m'avoir appris et montré que l'amour existait à l'air libre et même au
milieu des tours
Ma mère, mon professeur
Pour se regarder à l'intérieur
Pierpoljak (Chanté par) 



Si vous voulez, vous pouvez proposer un texte ou une poésie:

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
Code dans l'image:
Titre:
Votre nom(*):
Courriel:
Notifiez-moi pour toute modification dans ce fil:
Site web:
Commentaire(*):
 
Recherche de poésie