Une poésie au hasard des mots.
ODE AU JOUR DE L'AN
Jour neuf de l'année,
bien que tu sois semblable
comme les pains
à chaque pain,
nous allons te vivre autrement,
nous allons te manger, te fleurir,
t'attendre.
Nous te mettrons
comme une galette
dans notre vie,
nous t'allumerons
comme
un chandelier,
nous te boirons
comme
si tu étais une topaze
PABLO NERUDA
Troisième Livre des odes,



Si vous voulez, vous pouvez proposer un texte ou une poésie:

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
Code dans l'image:
Titre:
Votre nom(*):
Courriel:
Notifiez-moi pour toute modification dans ce fil:
Site web:
Commentaire(*):
 
Recherche de poésie