Une poésie au hasard des mots.
EN TÊTE À TÊTE AVEC LE PIANO
Un soir... je cédai à l'attirance du piano, qui jusqu'alors était resté fermé. J'étais seul dans le salon presque sombre... Il est des musiques fraîches où l'on se désaltére : du moins je le pensais. Je me mis à jouer. Je jouais; je jouais d'abord avec précaution, doucement, délicatement comme si j'avais mon âme à endormir en moi. J'avais choisi les morceaux les plus calmes, de purs miroirs d'intelligence, Debussy ou Mozart... Je jouais vaguement, laissant chaque note flotter sur du silence.
...Et ce fut à ce moment que mes mains m'apparurent. Mes mains reposaient sur les touches, deux mains nues... et c'était comme si j'avais sous les yeux mon âme deux fois vivante. Mes mains... me semblaient tout à coup extraordinairement sensitives; mêmes immobiles, elles paraissaient emeurer le silence comme pour l'inciter à se révéler en accords...
Marguerite YOURCENAR



Si vous voulez, vous pouvez proposer un texte ou une poésie:

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
Code dans l'image:
Titre:
Votre nom(*):
Courriel:
Notifiez-moi pour toute modification dans ce fil:
Site web:
Commentaire(*):
 
Recherche de poésie